Journée d’étude / Produits culturels à l’ère numérique

Vendredi 8 février 2013, rendez-vous pour une Journée d’étude du projet PANIC (Proactivité des audiences et numérisation des industries culturelles) au Conservatoire National des Arts et Métiers, intitulée Création, distribution et consommation des produits culturels à l’ère du numérique.

Table ronde 1 : Diversité et longue traîne
Internet est souvent considéré comme un moyen d’étaler la visibilité sur un plus grand nombre d’artistes et d’œuvres, et comme un vecteur de « bouche à oreille électronique », c’est-à-dire des recommandations émises par des fans, permettant ainsi de s’affranchir du contrôle exercé sur la visibilité par la critique professionnelle. Qu’en est-il de cette diversité, sur la base de constatations empiriques ? En quels sens les recommandations sur les forums, les réseaux sociaux ou les blogs ont-t-elles un effet prescripteur sur les comportements d’achat ?

Table ronde 2 : Nouveaux acteurs, nouveaux formats, nouveaux genres
Quels sont les formats émergents de la création, quels sont leurs publics et leurs voies de diffusion? Une hypothèse pourrait être faite que le numérique soumet tendanciellement la création à deux évolutions : l’encouragement de la participation, de la co-création et de la sociabilité des spectateurs transforme les anciennes audiences sérielles en publics actifs et expressifs ; l’essor de formes d’attention plus volatiles et dispersées oblige les genres à évoluer pour retenir l’exploration curieuse. Comment se reforme l’opposition entre création artistique et industries culturelles dans le contexte de ces transformations ? Quels sont les profils des nouveaux amateurs à l’heure du Web 2.0 ? Comment le numérique modifie-t-il, pour les créateurs, l’équilibre entre formation professionnelle et apprentissages autodidactes ? Qu’en est-il, dans ce nouveau contexte, de la « démocratisation » de la création et de l’accès aux carrières artistiques ?